Fagerh

Accompagner, c’est notre métier.

Préorientation : la Fagerh se mobilise pour la création de places et l’évolution des prestations

La plateforme de la Fagerh « Pour le développement des prestations de préorientation au regard des besoins des personnes accueillies par les MDPH » rassemble les propositions de la fédération pour faire évoluer l’offre, tant au niveau qualitatif (redéfinition des prestations proposées) que quantitatif (création de 500 places).

Par ces évolutions, la Fagerh souhaite garantir un égal accès aux prestations sur le territoire et limiter les ruptures de parcours. 

1/ La création de 500 places supplémentaires, pour un égal accès de tous les travailleurs handicapés aux prestations

1/ La création de 500 places supplémentaires, pour un égal accès de tous les travailleurs handicapés aux prestations

 


Aujourd’hui, la répartition des dispositifs de préorientation sur le territoire, très inégale, engendre mobilité géographique subie et délais d’attente souvent supérieurs à un an. En effet, 52 départements ne proposent aucune prestation de préorientation, et, dans certaines zones géographiques, l’offre ne répond que partiellement à une demande en forte croissance. 

La Fagerh recommande :


  • d’ouvrir de nouveaux dispositifs de préorientation dans 20 départements ne disposant d’aucune offre (210 places),

  • de développer les établissements dans 10 départements où l’offre est insuffisante (80 places),

  • de mettre en œuvre des réponses mobiles et des partenariats locaux pour couvrir les 15 départements où la demande est trop faible pour justifier l’ouverture d’un centre de préorientation (60 places),

  • d’étudier les modalités de la création de 150 places en Ile-de-France.


Voir la carte « développer l’offre de préorientation sur le territoire ».


 


 

2/ Evolution du cadre réglementaire pour redéfinir les prestations de préorientation :

2/ Evolution du cadre réglementaire pour redéfinir les prestations de préorientation :

 


 


Au-delà du développement de l’offre, la plateforme de la Fagerh propose 4 axes d’évolution des prestations proposées par les dispositifs de préorientation, afin de mieux répondre aux besoins des personnes accueillies et de fluidifier les parcours.

Une définition renouvelée de la prestation comme un espace de transition, conjuguant individualisation des parcours et dynamique de groupe.

Les préorientations visent à définir une orientation socioprofessionnelle et à réunir les conditions d’adhésion et de faisabilité du projet. Pour atteindre cet objectif, l’équipe pluridisciplinaire qui met en œuvre des activités plurielles (évaluatives, andragogiques, d’accompagnement social, professionnel, dans le soin…) ferait appel non seulement à la dynamique de groupe mais aussi à des démarches d’individualisation des parcours.


 


Un processus continu, dès la notification jusqu’à la concrétisation du projet, pour lutter contre la démobilisation.

Pour couvrir, sans rupture, la période depuis la notification de la MDPH jusqu’à la mise en œuvre effective du projet, la prestation de préorientation pourrait être « étalée » dans le temps (jusqu’à 3 ans). Le dispositif se décomposerait alors en plusieurs temps :


- Dès la notification de la MDPH, un accompagnement individuel voire des regroupements collectifs permettra d’anticiper d’éventuelles difficultés et de maintenir les stagiaires mobilisés.


- Le second temps, collectif sera centré sur l’élaboration et la validation du projet.


- Durant la troisième période, les stagiaires bénéficieront d’un accompagnement individuel pour la mise en œuvre effective de leur projet.


Cette organisation vise à éviter les ruptures de parcours et à apporter plus de flexibilité : une période d’essai en milieu de travail pourra ainsi, en fonction des opportunités, se dérouler durant la phase deux ou trois.


Favoriser l’appropriation du parcours et des décisions par la personne

Informer les personnes en situation de handicap, en amont de la décision de la CDAPH, sur les prestations des dispositifs de préorientation, et formaliser un document de demande d’orientation à réaliser par le stagiaire, favoriserait leur adhésion à leur projet.


Développer des partenariats

Afin d’accompagner toutes les différentes situations de handicap, les centres de préorientation pourraient collaborer avec des centres de ressources (centres de ressources Autisme, maladie rares…), des professions libérales et/ou d’autres centres de préorientation spécialisés. L’objectif : que les personnes présentant un handicap spécifique aient accès, à proximité de chez eux, aux services de préorientation. Dans cette optique, des prestations d’évaluation et de formation à distance seraient développées et mutualisées. Par ailleurs, afin d’ouvrir le champ de projets possibles pour les personnes en situation de handicap, les centres de préorientation renforceraient des partenariats avec des acteurs de la formation professionnelle et de l’emploi (entreprises publiques et privées, ESAT, entreprises adaptées).


 

Résultats de l’étude Maïeutika : les MDPH plébiscitent l’utilité des dispositifs de préorientation

Les attentes de changements ne doivent pas occulter les excellents résultats dévoilés par l’étude Maïeutika. En effet, l’enquête montre un réel satisfecit des MDPH à l’égard des effets des préorientations sur le public. Toutes les MDPH sont « tout à fait d’accord » ou « plutôt d’accord »  pour considérer que «  les préorientations permettent, dans la majorité des cas, aux personnes d’évoluer, d’élaborer un projet professionnel, de se redynamiser et de se mobiliser ».

Rançon du succès, « réduire les délais » est la toute première des évolutions attendues par les MDPH (tout à fait d’accord 72%).

 


 

Prochaines étapes

La plateforme a été validée lors du conseil d’administration du 6 février. Avec pour objectifs de faire évoluer le cadre réglementaire et de développer l’offre de préorientation, la Fagerh a d’ores et déjà rencontré la CNSA. La fédération soutiendra sa plateforme auprès de la DGCS, notamment dans le cadre des réunions prévues sur la stratégie globale des CRP. La Fagerh souhaite aussi informer les ARS des résultats de l’étude, et ciblera, dans un premier temps, les cinq régions dont le périmètre géographique reste inchangé.


Lire la plateforme de la Fagerh : document de synthèse présentant la position et les préconisations de la Fagerh suite à l’étude Maïeutika.


Lire l’étude Maïeutika